Cabriès-Calas

Pour approfondir vos connaissances sur le patrimoine de Cabriès Calas, vous êtes les bienvenus à  la Bibliothèque Saint Raphaël de Calas


Église Notre Dame de l’Assomption à CALAS

Calas IMG_2609 Clocher Calas Église Calas

L’autel majeur est une réduction de l’ancien autel de Saint Sauveur d’Aix. Devant l’église se dresse la statue de Monseigneur Imbert évêque de Corée, ayant habité Calas, au domaine de Labory, sculptée par Hippolyte Ferrat. De style grec et possédant trois nefs, elle a été bâtie de 1866 à 1869 par Monsieur Huot, architecte, sous l’administration de Monsieur Guitton, curé fondateur sous l’impulsion de Madame Louise Garavaque, bienfaitrice du hameau de Calas.


Église Sainte Marie de la Nativité à CABRIÈS

Cabries IMG_0848

Elle porte aujourd’hui le titre de Notre Dame de la Nativité. Sa construction primitive remonte au XII ème siècle. Cette église présente des particularités architecturales intéressantes. Le sanctuaire est de style « Roman provençal à berceau brisé ». Son plan est rectangulaire. La roche lui sert de muraille au nord. Sa muraille sud constitue une partie du rempart. La porte d’entrée actuelle a été ouverte en 1736 dans le mur médiéval aveugle. Le presbytère est construit au-dessus de la nef, ce qui est inhabituel. Enfin le clocher est une surélévation d’une tour du rempart.
Des inhumations furent pratiquées sous l’église depuis le Moyen-âge jusqu’au XVII ème siècle. Le joyau mobilier de l’église est un triptyque provençal du XVI èmesiècle (il représente au panneau central la Vierge assise, tenant sur ses genoux le corps de Jésus, descendu de la croix. A droite, Sainte Catherine, le livre et l’épée à la main, la roue à ses pieds. A gauche, Saint Antoine, portant le livre, le bâton et la clochette. L’église contient aussi un beau retable en bois doré du XVII ème (apparition de la Vierge tenant l’enfant Jésus). On trouve à l’entrée un curieux bénitier fait d’une stèle gallo romaine et d’une vasque celto ligure ornée de deux animaux chthoniens.
La restauration de l’église, qui met en valeur ses belles pierres chaudes, date de 1954 et s’est poursuivie. Les vitraux sont modernes. Le monument est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.


Chapelle Notre Dame de la Salette, à CALAS, colline de Trebillane

Calas Salette SONY DSC

Certains historiens la font remonter au V ème ou au VI ème siècle. Son antiquité paraît prouvée par la construction de son sanctuaire qui est la « cella » primitive. 
Elle dut servir de paroisse aux anciens habitants de « Calcaria ». Elle servit d’église paroissiale jusqu’en 1869, date à laquelle fut bâtie la nouvelle église de Calas, par Mademoiselle Garavaque. 
Cet édifice a été remanié plusieurs fois au cours des siècles, ce qui a entraîné un changement de son aspect originel. Le chœur a été agrandi et on a rajouté une petite sacristie. Sur le côté nord-ouest de la chapelle existait un petit cimetière découvert par hasard au XVIII ème siècle lors d’une restauration. A et emplacement se trouvait une cuve baptismale très ancienne en pierre creusée, qui a été rapatriée au musée Mélik de Cabriès.  En 1958 Joseph Rey, curé de Cabriès en fit le lieu d’un rassemblement de cavaliers pour une bénédiction traditionnelle des chevaux, le Lundi de Pâques. La messe est célébrée pendant les mois de Mai et d’Octobre en l’honneur de Marie.

Par le dynamisme de l’association de restauration de patrimoine ancien (Arpa), la restauration de la chapelle , débutée en 2002, a été finalisée en 2005 en quelques mois par l’entreprise mécène GECIM, dirigée par Pierre Ozbolt, également président de l’Arpa.

Lire la « Petite histoire de la chapelle » par l’association ARPA


Statue de Saint Laurent Imbert, à CALAS

IMG_1037 

Elle se dresse devant l’église de Calas. Monseigneur Laurent Imbert évêque de Corée, ayant habité Calas, au domaine de Labory.  Sa statue a été  sculptée par Hippolyte Ferrat.

Lire un extrait de   » L’étonnante histoire de la naissance de l’Église en Corée »

Lire le dossier complet sur le site « Missions Étrangères de Paris »

Laurent Imbert Raffier

 


Maison Louise Garavaque à CALAS

LouiseCPR 

Louise Garavaque, fille unique du général Garavaque et de Gabrielle  Eulalie Dauphin devint à la mort de ses frères et sœur, la seule héritière de Louis Balthazar Dauphin. Les territoires de St Pierre et de Trebillane lui reviennent entièrement, après dédommagement de ses neveux en 1859.
La famille de Villeneuve Esclapon hérite d’elle, à l’exception des trois domaines (Saint-Amand, Saint-Pierre et Lamanon) qui ont été vendus pour payer la construction de l’église de Calas (1866-1869).
En face de l’église qu’elle venait de faire construire, Louise Garavaque mit à la disposition du curé de l’époque et de ses successeurs, un petit terrain au pied de la colline de Trebillane, que l’on appela tout naturellement « Jardin du Curé ». Le petit bâtiment qui y fut édifié prit le nom de  « Cabanon du Curé ».
En 2001, un accord fut conclu entre la famille de Villeneuve Esclapon, la Mairie et l’association diocésaine pour édifier le bâtiment « Maison Louise Garavaque » dans le respect des volontés de Louise G : La propriété du bien à la commune, la jouissance du bien à la paroisse.
Le bâtiment, inauguré en 2003 comporte deux parties :
– la partie gauche abrite la Bibliothèque St Raphaël et, depuis 2004, les livres hérités du Père Joseph Rey. Les livres peuvent être empruntés ou pour certains, consultés sur place.
– La partie droite est en grande partie utilisée en salles de catéchèse et d’aumônerie, ainsi qu’en salle de réunions et de rencontres des activités paroissiales.

 IMG_9965 Biblio interP


Chapelle Notre Dame des 7 Douleurs

cabries-15

La chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs, fût bâtie en 1604 en l’honneur de Saint-Michel Archange. Tombée en ruine au XX° siècle, elle fut  partiellement restaurée en 1998


Chapelle Saint Raphaël à Cabriès

Chapelle St Raphael

Située au centre du « Cimetière Vieux » de Cabriès, au Nord du Piton, cette chapelle est la plus ancienne église du village (X ème siècle). Elle est dédiée à l’Archange Saint Raphaël, protecteur du village. Elle possède une nef et un bas côté plus petit. Son abside est en cul-de-four. Ses murs sont massifs et presque aveugles. Des affaissements du sol de la chapelle laissent penser à l’existence de tombes sous les dalles. Jusqu’à il y a une trentaine d’années, une procession partait de cette chapelle le 23 octobre veille de la fête de la Saint Raphaël, portant les statues polychromes de l’Archange et de Tobie et de son poisson. Ces statues étaient abritées dans le monument et se trouvent maintenant installées sous protection dans l’église. La légende dit que des habitants de Bouc-Bel-Air voulurent s’emparer de la statue du saint protecteur. Une nuit ils emportèrent la statue sur leurs épaules. Elle devint si lourde qu’ils furent cloués sur place. Saisis d’effroi, ils abandonnèrent la statue et s’enfuirent. La procession se fait aujourd’hui avec la bannière de St Raphaël et Tobie.

Voir le Pèlerinage à la chapelle Saint Raphaël


Oratoire Saint Joseph (Colline Saint Martin)

IMG_0662

Alors qu’il commençait à tomber en ruines, quelques paroissiens de Cabriès Calas sous la houlette du Père André Heckenroth, se sont mobilisés en avril 2000 pour restaurer l’oratoire de Saint Joseph

sur la colline Saint Martin (Trebillane). Il fut inauguré en juin de cette même année, par le Père André, curé de la paroisse de Cabriès-Calas.


Voir le patrimoine « Chapelles et églises » aux alentours 

avec l’aimable autorisation du concepteur du site « dignois.fr